Les gens te sentent-ils?

By | Septembre 16, 2017

Avez-vous un problème pour vous sentir connecté aux autres? C'est peut-être parce que vous vivez dans votre tête plutôt que dans votre cœur.

Les gens te sentent-ils?

Les gens te sentent-ils?

Vous avez peut-être appris à vous protéger de la douleur de ne pas être aimé quand vous étiez enfant: vous fermiez le cœur et viviez avec votre tête. Vous avez peut-être appris à ne pas être présent dans votre corps pour éviter de vous sentir insupportablement seul, sans défense et le cœur brisé. Ce mécanisme de survie a bien fonctionné en tant qu'enfant, mais en tant qu'adulte, il peut maintenant être à l'origine de la solitude intérieure, du vide, anxiété, dépression et / ou déconnexion avec d'autres.

Lorsque vous êtes concentré sur votre tête, les autres ne peuvent pas vous sentir et vous ne pouvez donc pas vous connecter avec vous-même. Vous ne pouvez pas ressentir votre amour pour les autres et vous ne pouvez pas ressentir l'amour des autres pour vous.

Comment savez-vous quand vous vivez dans votre tête et non dans votre corps?

La première chose à faire est votre intention et soyez très honnête à propos de votre intention. Est-il plus important que vous évitiez la solitude, l'angoisse et le désarroi du rejet, du cœur fermé des autres, de la méchanceté des autres, des autres personnes essayant de profiter de vous, ou est-il plus important pour vous d'aimer avec vous-même? et avec d'autres?

Sauf si vous avez appris à gérer les sentiments fondamentaux de solitude, d'impuissance face aux autres, d'angoisse, de tristesse et de douleur, vous éviterez probablement de ressentir ces sentiments en restant dans votre tête et en recourant à d'autres dépendances.

Pour être présent dans votre corps avec un cœur ouvert, ouvert à l'amour, à la compassion, à la paix, à la vérité et à la joie (les dons de l'Esprit), vous devez également être ouvert aux sentiments douloureux de la base. Comme je l'ai souvent dit, la douleur et la joie sont dans la même boîte. Si vous avez l’intention d’éviter les sentiments douloureux de la vie, vous garderez également votre cœur fermé aux merveilleux sentiments de base.

Lorsque votre être blessé est en charge, le but est d'éviter les sentiments douloureux du noyau. Le travail de votre être blessé est de protéger à nouveau ces sentiments douloureux, ce que vous devriez faire lorsque vous êtes un enfant. Votre individu blessé a appris à le faire avec le processus de toxicomanie et de toxicomanie, et en restant dans votre tête plutôt que dans votre cœur. Le soi blessé préférerait se sentir seul, vide, anxieux, déprimé, coupable, honteux, jaloux et ainsi de suite (les sentiments que nous créons avec nos propres pensées et actions) qui ouvrent au fond les sentiments douloureux de la vie. Être blessé serait plutôt celui qui contrôle (celui qui crée la douleur) que le risque de ressentir la douleur des décisions des autres.

Etre capable de bouger dans votre cœur et de communiquer avec les autres à un niveau de sentiment équivalent, c'est savoir que vous pouvez gérer les sentiments douloureux de la vie.

La bonne nouvelle est qu’il n’est pas difficile d’apprendre à maîtriser ces sentiments. Bien que cela fût impossible en tant qu'enfant, c'est maintenant relativement facile. Cependant, vous ne pouvez pas le faire sans connexion spirituelle.

Ce qui vous permet de gérer ces sentiments, c'est la compassion. Mais la compassion n'est pas quelque chose que vous faites dans votre corps, c'est un sentiment que vous ouvrez et invitez. La compassion est l'un des dons de l'Esprit et nous ne la ressentons que lorsque nous sommes ouverts à apprendre ce que c'est que de s'aimer soi-même et de aimer les autres, ce qui élève notre fréquence suffisamment haut pour accéder à l'Esprit.

La prochaine fois que quelqu'un sera méchant avec vous, essayez de poser vos mains sur votre cœur, en vous ouvrant à l'Esprit et en invitant à la compassion pour la douleur du cœur. Respirez en elle avec une profonde compassion, en disant doucement et tendrement à son enfant intérieur qu'elle comprend et se soucie vraiment de la douleur du cœur. Vous pourriez être surpris par ce qui se passe.

Auteur: C. Michaud

C. Michaud, Inf., Ph.D., est résident en psychiatrie et doctorant en sciences biomédicales à l'Université de Montréal. Le phénomène de la violence chez les personnes souffrant de troubles mentaux est l’un de ses principaux domaines d’étude. Professeur associé à l'École des sciences infirmières de l'Université de Sherbrooke. Elle est chercheuse régulière du Groupe de recherche interuniversitaire en sciences infirmières du Québec (GRIISIQ).

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

*

* Copier ce mot de passe *

* Tapez ou collez le mot de passe ici *

Commentaires de spam 12.008 bloqués jusqu'à présent par Spam gratuit Wordpress

Vous pouvez utiliser ces HTML balises et les attributs: <a href="" title=""> <abbr title = ""> <acronym title = ""> <b> <blockquote cite = ""> <cite> <code> <del datetime = ""> <em > <i> <q cite = ""> <s> <strike> <strong>