Antibiotiques peuvent favoriser la croissance de « les mauvais microbes »

Les antibiotiques sont les médicaments les plus utilisés dans le monde entier et des millions de vies ont été enregistrées à ce jour. Cependant, une étude récente a trouvé un autre effet secondaire possible des antibiotiques, augmentation de la prolifération des microbes « mauvaise » dans le système gastro-intestinal.

Antibiotiques peuvent favoriser la croissance des « mauvais microbes"

Antibiotiques peuvent favoriser la croissance de « les mauvais microbes »

Antibiotiques ont été utilisés depuis près 70 ans et, mais ils sont sont révélés utiles pour le traitement d’une multitude d’infections, ils ont également entraîné une résistance accrue dans des souches bactériennes par le biais de diverses façons. Cette étude est un autre témoignage sur le fait que les antibiotiques peuvent endommager le corps de façon plus qu’on ne le pensait.

Cette étude a forcé les scientifiques à ré-évaluer les avantages et les risques potentiels associés à l’utilisation de différents types d’antibiotiques. Cette étude analyse adéquatement dans la mince ligne d’équilibre entre les bons et les mauvais microbes dans le tube digestif et la forme persistante de l’utilisation d’antibiotiques peut modifier cet équilibre.

L’étude a été menée par des chercheurs de l’Université de Californie et a été réalisée par l’auteur principal de l’étude, Andreas Bäumler, Professeur de microbiologie médicale et d’immunologie. Les résultats de l’étude ont été publiés plus tard dans la revue Cell Host & Microbe.

Au cours de l’étude, les expériences ont été menées chez la souris, qui se traduit par la reconnaissance d’une chaîne d’événements amélioré la croissance des pathogènes dans la muqueuse de l’intestin après l’utilisation de streptomycine, un antibiotique couramment utilisé.

Antibiotiques modifient les niveaux d’oxygène dans la muqueuse de l’intestin

L’étude a révélé que l’utilisation d’antibiotiques favorise la croissance des mauvaises bactéries comme Salmonella typhi dans l'intestin. Le processus commence par la perturbation de la croissance des microbes bénéfiques. Un exemple est l’interruption de la croissance de Clostridium, la bactérie responsable de la dégradation des aliments végétaux ingérés fibre pour faire le butyrate, un acide qui aide les cellules qui tapissent l’intestin comme la source d’énergie pour l’absorption d’eau. Les clostridia est des bactéries anaérobies; Il peut se développer en l’absence d’oxygène.

C’est quand le butyrate non disponible pour aider à l’absorption d’eau, cellules utilisent le glucose pour le lactate fermentation afin d’obtenir de l’énergie. Ce processus de fermentation entraîne une augmentation du niveau d’oxygène, création d’un environnement qui favorise la croissance des mauvaises bactéries telles que la salmonelle dans l’intestin. Salmonella est une bactérie aérobie qui dépend de l’oxygène pour sa survie et la croissance.

Pour résumer tout cela, les antibiotiques aident le long de la croissance des mauvais microbes dans la muqueuse de l’intestin, augmentation des niveaux d’oxygène et qui leur permettent de respirer. Dans une des études antérieures, l’association entre la maladie intestinale inflammatoire et l’épuisement des agences a déjà été établie.

Résultats futurs

L’étude aidera les scientifiques à modifier les antibiotiques existants et atteindre de meilleurs médicaments qui sont sans effets secondaires. Il a aussi ouvert les portes à d’autres recherches étudier d’autres façons que les antibiotiques pourraient aider la croissance des mauvaises bactéries dans l’intestin.

Grâce à l’amélioration des antibiotiques actuellement disponibles, les scientifiques espèrent être en mesure de surmonter la maladie qui est causée potentiellement des antibiotiques afin de faire pencher la balance en faveur de l’utilisation d’antibiotiques pour le traitement de divers types d’infections.

Antibiotiques, liées à la diminution de l’immunité et réduction de la croissance des cellules du cerveau

Malgré le fait que les antibiotiques aident à protéger est de ces différents types d’infections, mais qui a également trouvé ayant des myriades d’effets secondaires. Deux nouvelles études sont sortis récemment à la lumière qui ont montré que les antibiotiques affectent négativement le système immunitaire système et causent la perte de mémoire à l’interférence avec la croissance du cerveau.

Les deux études montrent à juste titre qu’en modifiant l’équilibre délicat de l’environnement interne du corps, antibiotiques peuvent causer plus de tort que de bien. Ils le font en interférant avec l’équilibre entre les bons et les mauvais microbes qui se trouvent dans l’intestin.

L’antibiotique disminuiyen l’immunité

Une étude a été menée par des chercheurs du Memorial Sloan Kettering Cancer Center de New York. Les résultats de l’étude ont été publiés par la suite dans Science Translational Medicine. Au cours de l’étude, les chercheurs ont étudié 857 les patients qui recevaient la transplantation de cellules souches hématopoïétiques, le traitement utilisé pour une variété de cancers du sang et de moelle osseuse.
Sont administrés aux patients recevant des transplantations de cellules souches hématopoïétiques typiquement antibiotiques pour prévenir les infections car le système immunitaire de patients est affaibli par les drogues pour améliorer le taux de réussite de la transplantation.

Les chercheurs ont constaté que la réponse des patients aux antibiotiques varie de patient à l’autre. Les chercheurs ont étudié les effets des douze antibiotiques. Il a été observé que combinaisons de pipéracilline et tazobactam et Meropenem étaient significativement associés à un risque accru de Graft - versus - host disease (EICH), une maladie inflammatoire qui peut être mortelle pour.

Les résultats des chercheurs étude a conduit à l’hypothèse de cette antibiotiques administrés interrompue dramatiquement l’équilibre entre les bonnes et les mauvaises bactéries dans l’intestin, en quelque sorte a contribué à une faiblesse immunitaire. Lorsque les mêmes tests ont été effectuées chez la souris, des résultats similaires ont été obtenus.

Antibiotiques affectant la mémoire

L’autre étude a été réalisée par des chercheurs du Centre Max-Delbrück de médecine moléculaire en Allemagne. Les résultats de l’étude ont été publiés plus tard dans les rapports de la cellule. L’objectif principal de l’étude était d’examiner les effets des antibiotiques à large spectre chez la souris.
Les chercheurs ont noté que l’utilisation des antibiotiques à long terme a entraîné la croissance cellulaire retardée d’une région du cerveau appelée le « Hippocampe », est responsable du traitement et de stockage de mémoire.

Pour l’essai de fonction mémoire, la performance de ces souris était très pauvre. Les chercheurs ont également noté que la concentration de globules blancs chez ces souris était assez faible. Globules blancs sont une partie importante du système immunitaire.
Chercheurs ont pris un peu plus loin et arrêté administration souris antibiotiques pour trouver un moment où ils ont cessé d’être l’antibiotique, la croissance du cerveau revient à son état normal.

Perspectives d'avenir

Ces deux études ont conduit à de nouvelles recherches pour découvrir les mécanismes exacts par lesquels antibiotiques perturbent les processus normaux du corps, en particulier en vertu de l’immunité et réduction de la mémoire. Il a été un gros point d’interrogation sur la façon de l’utilisation des antibiotiques, l’appel nécessaire pour évaluer les avantages de l’utilisation d’antibiotiques et de peser contre les effets secondaires qui leur sont associés.

Laisser un commentaire