Sentiments: les gérer pour vous-même

By | Septembre 16, 2017

Découvrez quels sentiments de confiance en soi vous évitez avec vos addictions et comment les gérer avec amour.

Sentiments: les gérer pour vous-même

Sentiments: les gérer pour vous-même

Isa, comme beaucoup d’entre nous, a grandi avec des parents qui ont complètement évité leurs sentiments et se sont découragés à plusieurs reprises de les ressentir. Ses parents n’ont jamais modélisé le traitement de ses propres émotions. Isa n’a donc jamais appris à assumer la responsabilité de ses émotions. En conséquence, elle avait très peur de ressentir ses sentiments, croyant qu'ils allaient la submerger.

"Je ne peux pas supporter mes sentiments", a-t-il déclaré lors d'une de nos sessions téléphoniques. «Ils sont trop intenses pour moi, alors j’achète à la place et c’est devenu un énorme problème, car je contracte beaucoup de dettes, ce qui me cause beaucoup d’inquiétude et plus je me sens anxieux, plus j’achète, je ne sais pas comment Sortez de ce cercle vicieux. Depuis la lecture de vos articles sur l'union interne, je me rends compte que je suis profondément accro aux dépenses, à la nourriture et à la colère. J'utilise tout cela lorsque des sentiments intenses montent et que je sais que je ne peux pas les supporter ».

"Isa, sais-tu quels sentiments tu es en train d'éviter?"

«Non J'ai essayé de le savoir et je ne peux pas y arriver »

Au fur et à mesure de notre exploration, il est devenu évident qu'Isa évitait les sentiments les plus difficiles:

  • Impuissance face aux autres et aux situations
  • Solitude
  • Tristesse / angoisse
Article connexe> Sentiments de base comme information

Isa a découvert qu'elle se fâchait chaque fois qu'elle se sentait impuissante face aux autres et aux situations, et elle mangé et passé quand je sentais la solitude qui vient de ne pas avoir d’autres personnes avec qui communiquer ou de ne pas pouvoir communiquer avec les gens avec qui j'étais.

"Oui, ce sont les sentiments que je ne peux pas gérer, je pense que je me sens seul."

«Isa, je le ressens aussi à l'intérieur et à l'extérieur, probablement la plupart des gens le ressentent, mais ils ne le savent pas. C'est un sentiment de vie, par opposition aux sentiments de blessés que nous créons par nos pensées et nos actions. Nous avons tellement de moyens addictifs pour éviter nos sentiments que la plupart des gens ne savent pas que c'est ce qu'ils ressentent et ce qu'ils évitent en raison de leur dépendance.

«Que dois-je faire quand je ressens ces sentiments?»

Il existe un moyen très simple de gérer ces émotions par vous-même:

  1. Vous devez être conscient de ce que vous ressentez. Vous devez vous entraîner à sortir de votre tête et à vous présenter dans votre corps. Rester dans votre tête est un autre moyen de créer une dépendance pour éviter les sentiments.
  2. Une fois que vous êtes conscient de ce sentiment, vous devez le reconnaître en le nommant, en disant simplement, de préférence à voix haute: "Je me sens seul en ce moment" ou "Mon cœur me fait mal en ce moment" ou "En ce moment, je ressens cet horrible sentiment d'impuissance. à propos d'un résultat ».
  3. Déplacer dans la compassion pour le sentiment. Imaginez célébrer votre enfant intérieur, être présent avec lui avec une profonde compassion pour le sentiment. Asseyez-vous avec la sensation pendant quelques minutes, respirez profondément dans le sentiment, soyez totalement présent avec compassion.
  4. Demandez à Dieu / Esprit / Puissance supérieure de prendre vos sentiments et de les remplacer par l'acceptation et la paix. Imaginez la sensation qui sort de votre corps et dans l’Esprit, tandis que des sentiments de paix et d’acceptation coulent.
Article connexe> Prenez-vous les sentiments des autres?

Tout cela prend moins de minutes 5. Lorsque des sentiments d'automutilation se manifestent, pratiquez les étapes 6 d'union interne. Lorsque les sentiments principaux du moi montent, c'est la manière affectueuse de les gérer.

Auteur: C. Michaud

C. Michaud, Inf., Ph.D., est résident en psychiatrie et doctorant en sciences biomédicales à l'Université de Montréal. Le phénomène de la violence chez les personnes souffrant de troubles mentaux est l’un de ses principaux domaines d’étude. Professeur associé à l'École des sciences infirmières de l'Université de Sherbrooke. Elle est chercheuse régulière du Groupe de recherche interuniversitaire en sciences infirmières du Québec (GRIISIQ).

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

*

* Copier ce mot de passe *

* Tapez ou collez le mot de passe ici *

Commentaires de spam 12.124 bloqués jusqu'à présent par Spam gratuit Wordpress

Vous pouvez utiliser ces HTML balises et les attributs: <a href="" title=""> <abbr title = ""> <acronym title = ""> <b> <blockquote cite = ""> <cite> <code> <del datetime = ""> <em > <i> <q cite = ""> <s> <strike> <strong>