Traitement de la maladie de Parkinson chez les personnes âgées: une pénurie préoccupante des méthodes efficaces

La maladie de Parkinson est un neurodegenerative disorder commun vers la fin de l'âge que des compétences très limitées et l'indépendance. Malgré certains progrès récents, les traitements pour cette maladie sont encore essentiellement symptomatique et de soutien.

Traitement de la maladie de Parkinson chez les personnes âgées

Traitement de la maladie de Parkinson chez les personnes âgées: une pénurie préoccupante des méthodes efficaces

Comme avec toutes les autres maladies neurodégénératives, le diagnostic de la maladie de Parkinson sorts des problèmes pour les patients et leurs familles. La maladie est causée par la dégénérescence de certaines cellules du cerveau qui dépendent de la dopamine comme neurotransmetteur. Cette dégénérescence se traduit par un développement progressif de diverses dysfonctions liées à la circulation (tremblements, rigidité, Difficulté à marcher et aires etc..), Il peut également être complété avec démence, changements de comportement et de la dépression dans les derniers stades de la maladie.

Les patients perdent leur indépendance et ne sont pas physiquement actif et productif comme ils l'auraient souhaité être. Symptômes de la maladie de Parkinson se développent au fil des ans, et le vieillissement augmente les chances de développer cette maladie. Mais ce qui est plus déconcertant, c'est que la gestion de cette maladie est extrêmement difficile.

Les défis de la gestion de la maladie de Parkinson

C'est la dure vérité: Il n'y a pas de remède pour la maladie de Parkinson aujourd'hui.

Toutes les méthodes de traitement disponibles pour la maladie de Parkinson sont symptomatiques, mais son efficacité est très limitée, et ils fonctionnent pour les personnes diagnostiquées avec la maladie de stade avancé. Ce sont les trois groupes de médicaments couramment prescrits pour les patients atteints de la maladie de Parkinson aux différents stades de la maladie : médicaments qui augmentent les niveaux de dopamine, ceux qui travaillent dans d'autres neurotransmetteurs, et ceux qui contrôlent les symptômes non moteurs de la maladie.

La stimulation cérébrale profonde est une méthode chirurgicale pour lutter contre la maladie, mais tout le monde ne peut répondre à des critères stricts pour ceux qui veulent passer par la procédure. La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative progressive qui est censé être dus à une interaction complexe de facteurs génétiques et environnementaux. Si les chercheurs explorent le domaine des thérapies par cellules génétiques et de la lutte contre les maladies. Certaines de ces thérapies ont montré des résultats prometteurs, mais ils sont encore dans l'enfance.

La nécessité du moment est la mise au point de méthodes de traitement qui ont tous deux apporter un soulagement symptomatique et aussi d'arrêter la progression de la maladie.

Lévodopa est actuellement la principale drogue pour contrôler les symptômes de la maladie de Parkinson.

Les symptômes de la maladie de Parkinson sont généralement déclenchées par de faibles niveaux ou en l'absence de la dopamine, un neurotransmetteur. L'administration de lévodopa (L-DOPA) pilules ou ceux qui augmentent les niveaux de dopamine est l'une des plus efficace de toutes les stratégies de gestion de la maladie en ce moment dans la pratique.

Lévodopa s'est avéré être efficace dans la gestion des symptômes et ralentir la progression de la maladie de Parkinson pendant les premières années de l'Administration. Cependant, Ce médicament commence à perdre de son efficacité après plusieurs années d'utilisation. Utilisation à long terme conduit également à plusieurs complications telles que les mouvements anormaux ou ayant une déficience sont volontaires (dyskinésies) et les fluctuations dans les fonctions motrices. Ces complications sont indiquées dans 50% et 80% patients atteints de la maladie de Parkinson après l'utilisation de l-Dopa 5 ans et 10 années, respectivement.

C'est pourquoi, Il est évident que la l-dopa n'est pas la solution durable pour le traitement des patients atteints de la maladie de Parkinson. Quoi de plus, Ce groupe de médicaments fonctionne uniquement à améliorer le niveau de dopamine. Mais les symptômes de la maladie de Parkinson peuvent être causées ou aggravées par des anomalies dans les niveaux d'autres neurotransmetteurs tels que l'acétylcholine et de glutamate et d'acides aminés, comme la N-méthyl-D-aspartate. L-DOPA n'a aucune action sur ces éléments neuraux.

Les limitations des méthodes de thérapie médicamenteuse pour la gestion de la maladie de Parkinson

Les agonistes dopaminergiques peuvent être prescrits pour être administré par voie sous-cutanée, en lieu et place d'ou avec la l-dopa à faibles doses pour contrôler les symptômes de la maladie de Parkinson. Selon certaines études, l'incidence des fluctuations motrices est significativement moins fréquente lorsqu'on administre agoniste de la dopamine que le traitement par l-dopa. Cependant, encore n'a pas été démontré que les agonistes de la dopamine n'exercent aucun effet de modificateurs de la maladie chez les patients atteints de la maladie de Parkinson. Quoi de plus, agonistes de la dopamine peuvent également déclencher des effets secondaires tels que nausées, hallucinations, hypotension orthostatique, et un oedème dans les membres chez certains patients âgés.

Depuis un certain temps, les scientifiques ont exploré des formes alternatives de l'administration de l-dopa, par voie intraveineuse et par une voie transabdominale qui prend le médicament directement dans le duodénum. Ces méthodes ont donné des résultats prometteurs d'initiales.

Selon une étude menée pendant une période de 12 mois, l'incidence des dyskinésies et de fluctuations motrices réduite chez les patients avec la maladie de Parkinson qui a reçu l'administration entérique de l-dopa. Cependant, Cette méthode de traitement est soumise à des essais cliniques et est habituellement prescrit aux patients dans les stades avancés de la maladie, qui n'ont montré aucune amélioration dans la méthode de stimulation cérébrale profonde ou après l'administration d'administration sous-cutanée d'agonistes de la dopamine. De plus,, l'administration par voie entérale de l-dopa présente des défis comme les problèmes d'obstruction et de déplacement du tube.

Les difficultés à contrôler les symptômes non moteurs de la maladie de Parkinson

Pendant de nombreuses années, la recherche sur les méthodes de traitement de la maladie de Parkinson a porté sur la gestion des symptômes moteurs de la maladie. Cependant, patients présentant un stade avancé de la maladie de Parkinson ont généralement plus de symptômes non moteurs que des anomalies ou handicap moteur. Symptômes non moteurs tels que psychose, démence, une incidence accrue de glissement et de chute, articulation et déformations squelettiques, et des troubles gastro-intestinaux et urologiques sont quelques-uns des symptômes non moteurs communs du stade avancé de la maladie de Parkinson. La présence de ces symptômes réduit considérablement la qualité de vie du patient et soignant augmente l'anxiété.

Il y a plusieurs (prise en charge) traitements pharmacologiques et non pharmacologiques pour gérer les symptômes non moteurs de la maladie de Parkinson. Avant tout, diverses méthodes de traitement devraient être fusionnées et la stratégie globale doit être personnalisée en fonction des cas individuels. Par exemple, démence chez un patient présentant la maladie de Parkinson tardifs peut être gérée avec des médicaments, mais le patient doit être dérivé d'un discours de thérapeute pour gérer les symptômes de la dysphagie (problèmes de déglutition). Malheureusement, Il y a un regrettable manque de données aussi bien dans les symptômes et l'efficacité des différentes méthodes de traitement. Il en résulte que les médecins ne savent souvent pas comment gérer ces symptômes.

La maladie de Parkinson est une maladie débilitante qui vole lentement la force de vie de la personne. Il est troublant et voir un parent se battre âge avec la maladie et peu à peu perdre leur contrôle sur la vie de crève-coeur. Il est impératif que chercheurs explorent de nouvelles méthodes de traitement qui peut stopper cette maladie neurodégénérative. Pendant ce temps, Nous devons tenir compte de l'énorme vulnérabilité de la victime et être patient et compatissant.

Beaucoup de scientifiques croire que, bien que les options thérapeutiques sont actuellement limitées, la situation peut changer très vite. Le mécanisme biochimique de la maladie de Parkinson a été examiné en détail au cours des dernières années, et nous ne savons pas exactement quelles routes s'adresser pour obtenir un traitement efficace. Les optimistes parmi les chercheurs croient que les médicaments efficaces pour traiter la maladie peuvent se développer dans plusieurs années.

Laisser un commentaire